L’examen et sa préparation : les conseils des auteurs Dunod aux candidats

Nos auteurs, également correcteurs des différentes épreuves des examens, se sont regroupés pour vous proposer ici des conseils pour optimiser vos chances de réussite au DCG et au DSCG.

Pour les étudiants en candidats libres

Conseil préalable (dispenses, VAE)

• Vous êtes titulaire d’un ou de plusieurs titre(s) ou diplôme(s) français ou étranger(s) ?
Vérifiez si vous pouvez bénéficier d’une ou de plusieurs dispenses.

• Vous êtes professionnel ?
Vérifiez si vous pouvez valider une ou plusieurs de vos compétences par le biais de la VAE.

Optimisation de votre préparation au DCG : sélection des épreuves

Le DCG comprend 13 épreuves (14 si l’on tient compte de l’épreuve de langue vivante étrangère facultative). Même si c’est théoriquement possible, il n’est pas envisageable de se présenter à l’ensemble des treize épreuves au cours d’une même session avec des chances sérieuses de réussite.

Il faut donc choisir les épreuves à passer dans un premier temps, en déterminer le nombre et la nature.

Ces choix dépendent largement des parcours de formation de chaque candidat, de leurs acquis et de leur situation personnelle, d’autant que certaines dispenses d’épreuves sont accordées pour les candidats ayant acquis certains titres ou diplômes.

On peut cependant avancer quelques conseils utiles pour éclairer ce choix. Si l’on retient comme objectif de préparer le DCG en trois ans (le DCG est un diplôme de niveau licence, à Bac+3), il convient d’équilibrer la charge de travail sur les trois années.

Certaines épreuves doivent être obligatoirement préparées avant d’autres épreuves. Leur contenu doit être maîtrisé pour pouvoir aborder le contenu de ces autres épreuves. Il n’est pas concevable en effet d’aborder le contenu de l’unité d’enseignement de comptabilité approfondie (DCG 10) avant de maîtriser celui de l’épreuve d’introduction à la comptabilité (DCG 9). Il est en est de même des unités d’enseignement d’introduction au droit (DCG 1) qui doivent être préalables à celles de droit des sociétés (DCG 2), de droit social (DCG 3) et de droit fiscal (DCG 4) et de l’unité d’enseignement d’économie (DCG 5) qui doit être préalable à celles de finance d’entreprise (DCG 6) et de management (DCG 7). Enfin, pour être profitable, l’unité de relations professionnelles (DCG 13), qui fait suite à un stage de huit semaines, doit être présentée dans la dernière année.

Il faut aussi tenir compte du fait que certaines unités d’enseignement sont plus lourdes que d’autres (c’est le cas des unités d’économie, de management, des systèmes d’information de gestion et de contrôle de gestion).

On peut équilibrer la préparation en trois ans en envisageant par exemple de préparer :

 
La première année
• DCG 1, introduction au droit
• DCG 5, économie
• DCG 9, introduction à la comptabilité
• DCG 12, anglais appliqué aux affaires
 
 
La deuxième année
• DCG 2, droit des sociétés
• DCG 4, droit fiscal
• DCG 6, finance d’entreprise
• DCG 10, comptabilité approfondie
• DCG 8, systèmes d’information de gestion
 
La troisième année
• DCG 3, droit social
• DCG 7, management
• DCG 11, contrôle de gestion
• DCG 13, relations professionnelles

La solution présentée ci-dessus permet un bon équilibrage de la charge de travail sur les trois ans, la deuxième année étant cependant un peu plus chargée que les deux autres.
Il est cependant possible d’anticiper la préparation de certaines épreuves – et notamment celle de systèmes d’information de gestion qui ne nécessite pas de prérequis.

Optimisation de votre préparation au DSCG : sélection des épreuves

Le DSCG comprend 7 épreuves (8 si l’on tient compte de l’épreuve de langue vivante étrangère facultative). Même si c’est théoriquement possible, il n’est pas envisageable de se présenter à l’ensemble des sept épreuves au cours d’une même session avec des chances sérieuses de réussite.

Comme pour le DCG, il vous faut donc choisir les épreuves que vous passerez dans un premier temps, en déterminer le nombre et la nature. Ces choix dépendent largement de votre parcours de formation antérieur, de vos acquis et de votre situation personnelle, d’autant que certaines dispenses d’épreuves peuvent être accordées pour les candidats ayant acquis certains titres ou diplômes.

On peut cependant avancer quelques conseils utiles pour éclairer ce choix. Si l’on retient comme objectif de préparer le DSCG en deux ans (le DSCG est un diplôme de niveau master, à Bac+5, soit deux ans après le DCG, diplôme de niveau licence, à Bac+3), il convient d’équilibrer la charge de travail sur les deux années.

Contrairement au DCG, l’ordre dans lesquelles les épreuves sont passées est peu important. Seule, logiquement, l’épreuve de relations professionnelles (DSCG 7), qui fait suite à un stage de 12 semaines, est à présenter en deuxième année. Certaines unités d’enseignement ont cependant des parties de programmes qui sont proches et il peut être conseillé de préparer ces unités en même temps.

Ainsi, on peut constater des liens entre les unités d’enseignement de gestion juridique, fiscale et sociale (DSCG 1) et de comptabilité et audit (DSCG 4), entre celles de finance (DSCG 2) et de comptabilité et audit (DSCG 4), entre celles de management et contrôle de gestion (DSCG 3) et de management des systèmes d’information (DSCG 5). Par ailleurs, certaines épreuves, notamment celles qui ne donnent droit à aucune dispense (gestion juridique, fiscale et sociale, d’une part, comptabilité et audit, d’autre part) sont peut-être un peu plus exigeantes et le fait de les passer en première année permet, dans l’éventualité d’un échec (on peut garder toute note supérieure ou égale à 6 sur 20), de tenter une seconde chance d’obtention en seconde année.

On peut ainsi équilibrer la préparation en deux ans en envisageant par exemple de préparer :

 
La première année
• DSCG 1, gestion juridique fiscale et sociale
• DSCG 2, finance
• DSCG 4, comptabilité et audit
 
La seconde année
• DSCG 3, management et contrôle de gestion
• DSCG 5, management des systèmes d’information
• DSCG 7, relations professionnelles
L’épreuve DSCG 6, épreuve orale d’économie se déroulant partiellement en anglais, pourra être présentée indifféremment en première ou en seconde année.