L’examen et sa préparation : les conseils des auteurs Dunod aux candidats

Nos auteurs, également correcteurs des différentes épreuves des examens, se sont regroupés pour vous proposer ici des conseils pour optimiser vos chances de réussite au DCG et au DSCG.

L’examen

Conseils généraux

• Ne pas oublier de prendre un bon petit-déjeuner !

Affecter un temps de réponse écrite à chaque question. Se servir du barème donné par le sujet pour répartir son temps par question, s’y tenir afin de ne pas consacrer trop de temps à des questions peu valorisées.

Consacrer du temps à la lecture du sujet : prendre connaissance du contexte, repérer les données dans le texte et les annexes, essayer de repérer les rapports éventuels entre les questions et les dossiers, prendre des notes, évaluer le temps de travail pour chaque partie.

• En cas de dossiers indépendants, déterminer leur ordre de traitement en fonction de ses aptitudes personnelles et commencer par celui qui semble le plus simple.

Aborder et traiter le plus de questions possibles pour cumuler les points.

Ne répondre qu’aux questions posées (attention aux hors sujet !).

Ne pas perdre trop de temps sur une question : en cas d’incertitude, passer à la question suivante.

Donner toute sa place à la forme : écrire convenablement, éviter ou limiter les ratures, éviter les abréviations, les anglicismes, et bien sûr les mots familiers… ; aérer la copie et faire des paragraphes (pour faciliter le travail de lecture), bien se relire pour limiter les fautes d’orthographe… Ce point est crucial car la réussite de l’épreuve repose pour une part directement ou indirectement sur le niveau de langue, la forme et l’orthographe !

Relire sa copie pour vérifier rapidement la vraisemblance des résultats des calculs et corriger le français, l’orthographe, le fond.

• Avoir une montre (surveiller le temps), se munir d’un effaceur pour éviter les ratures, ne pas rédiger de brouillon.

• Le barème des correcteurs est très précis (au quart de point près), leur marge d’appréciation est faible, il y a double correction (est-elle maintenue avec la réforme ?). Le candidat peut être rassuré : la correction sera équitable.

Les épreuves écrites de droit, d’économie et de management à l’examen

Droit.
Savoir répondre aux questions posées ; trois étapes à respecter : énoncé de la règle, application au cas, conclusion (réponse à la question). Laisser toujours de l’espace entre les questions pour apporter des compléments : les pannes, les impasses existent…

Économie et management

• Rédiger sa conclusion dès que le plan général est fait, car elle est souvent bâclée faute de temps par le candidat… alors qu’il s’agit de la dernière impression laissée au lecteur avant qu’il ne mette une note.

• Ne pas hésiter à mettre des titres et des sous-titres notamment pour le commentaire ou la dissertation. Ce n’est pas exigé ; mais cela améliore souvent la présentation de la copie, facilite le travail de lecture du correcteur… et peut aider le candidat à construire des parties cohérentes et homogènes.

• Éviter les catalogues d’idées. Cela exige de savoir mettre en relation les idées, les hiérarchiser, développer seulement celles qui paraissent les plus importantes…

• Penser à faire référence au(x) texte(s) dans le cas d’un commentaire : cela signifie éventuellement reprendre une ou deux phrases entre guillemets qui paraissent particulièrement importantes et, surtout, reprendre des idées développées dans le texte en les reformulant.

Les épreuves écrites techniques à l’examen

Il faut être capable d’exploiter les calculs effectués et savoir :
- interpréter les résultats ;
- repérer les points les plus importants ;
- présenter un commentaire complet et bien rédigé.
De nombreux candidats effectuent les calculs demandés mais sont ensuite incapables de rédiger un commentaire satisfaisant.

L’épreuve orale (DSCG 6)

• Se préparer aux questions classiques portant sur chaque thème (le manuel Dunod DSCG 6 propose, pour chaque chapitre, une liste de questions clés) et être capable de donner des éléments de réponse en anglais.

• Lire régulièrement des articles économiques courts en langue anglaise… et s’entraîner à la prise de parole (puisque l’épreuve faisant intervenir l’économie est orale au niveau DSCG).

• Maîtriser la technique de l’exposé (en français).

• Travailler les différentes techniques de recherche des idées, de construction de l’exposé (faire un plan), de présentation d’une problématique et de prise de parole. Une pratique orale de l’anglais, avec notamment la maîtrise du vocabulaire économique, est par ailleurs indispensable.

• Savoir mobiliser l’attention du jury (en le regardant, en parlant avec une voix bien audible, et avec conviction…).

• Ménager des ouvertures sur des questions que l’on maîtrise lors du commentaire du texte. Le jury pourra ensuite interroger éventuellement le candidat dans cette direction.

• Penser à l’actualité des thèmes proposés… et ne pas hésiter à mobiliser des connaissances en provenance d’autres disciplines (droit, management…). Cela n’est pas stipulé dans la définition de l’épreuve mais cela ne peut que valoriser la prestation de l’étudiant à un niveau Bac+5, d’autant que plusieurs thèmes peuvent être grandement enrichis par des visions transversales.