De nouvelles compétences pour de nouveaux métiers

Des métiers diversifiés et en pleine évolution

La filière de l’expertise comptable offre, à chaque niveau de diplôme, de nombreux débouchés et opportunités de carrières, qu’il s’agisse de finance, de comptabilité ou d’audit, ou de conseil (fusion, montage des dossiers de financement, digitalisation de process...) et d’accompagnement du dirigeant.
Ces métiers allient expertise, relations humaines et esprit d’entreprise.

Les embauches se font aussi bien en cabinet que dans d’autres secteurs : en entreprise, dans le secteur associatif et dans le secteur public.

Un marché qui ne connaît pas la crise

Bonne nouvelle pour les candidats, le marché du recrutement dans cette filière est sous tension : il est à la recherche de nouveaux talents, pour répondre aux défis des contraintes démographiques, de transformation des métiers ou de développement commercial.

Expertise comptable, audit, comptabilité : grilles de rémunération

Hays – Étude de rémunération nationale 2019
Hays est le leader mondial du recrutement spécialisé.

Étude Hays : consultez les analyses et grilles de rémunération des secteurs suivants :
Audit & Expertise comptable
Finance & Comptabilité

De nouvelles compétences et qualités requises par les métiers

Les DCG, DSCG et DEC, diplômes d’État traduits en ECTS (European Credits Transfer System), sont reconnus au niveau européen et international.

Une réforme des diplômes du DCG et du DSCG a été actée pour la session 2020. Pour les étudiants déjà dans le cursus, cette réforme conforte les fondamentaux en gestion et en droit et professionnalise davantage le cursus en renforçant notamment l’anglais des affaires, les compétences en systèmes d’information et la communication professionnelle.

Les métiers du chiffre exigent logiquement de la rigueur (logique du chiffre, règles de droit, respect de normes) et un esprit critique affûté pour l’analyse.

L’exercice des missions s’effectue dans le respect de l’éthique professionnelle (code de déontologie) et implique des relations fondées sur la confiance.

Au-delà des compétences informatiques fondamentales – Excel, utilisation d’ERP (progiciels de gestion intégrés) –, les jeunes professionnels doivent faire preuve d’adaptabilité à des systèmes d’information nécessairement évolutifs (utilisation, test ou déploiement de solutions, sécurité des données, etc.).

L’automatisation croissante de tâches répétitives, les apports de l’intelligence artificielle et l’usage du cloud sont sources d’un fort gain de temps, rendant les missions beaucoup plus expertes que comptables. La "digitalisation" du cabinet favorise également une plus grande souplesse dans l’organisation du travail et un accès à distance sécurisé aux dossiers et aux données.

Enfin, les évolutions réglementaires et l’impact du digital sur l’évolution des métiers nécessitent d’actualiser ses compétences tout au long de sa carrière et de faire preuve d’une très forte curiosité.

De nouvelles compétences pour l’ère digitale

Plus que des compétences techniques considérées par les recruteurs comme un prérequis, sanctionnées par des diplômes d’État reconnus pour leur rigueur, les recruteurs recherchent aujourd’hui des candidats dotés de fortes qualités comportementales au service de l’adaptabilité (soft skills) comme, par exemple :

  • la curiosité / l’ouverture d’esprit pour travailler sur des dossiers diversifiés (problématiques, secteurs) ;
  • des compétences de collaboration pour travailler en équipe, interagir avec toutes les parties prenantes et accompagner le changement ;
  • des qualités relationnelles (savoir-être) et de communication professionnelle : il s’agit notamment de savoir mettre en scène les données (« data storytelling ») ;
  • des qualités marketing et commerciales essentielles à l’activité de prestation de service : structurer l’offre du cabinet en l’analysant, augmenter la visibilité du cabinet sur le marché et la valeur ajoutée de ses prestations ;
  • des capacités managériales : management de projets (missions, équipes), anticipation et gestion des risques ;
  • un esprit critique dans l’analyse de la qualité des données reçues et dans leur exploitation ;
  • la maîtrise de l’anglais des affaires, utilisé à des niveaux variables selon l’environnement du cabinet ou de l’entreprise, mais nécessaire à l’heure de la globalisation ;
  • et… la gestion de son énergie pour faire face au cumul d’échéances.

Les atouts de l’organisation modulaire des diplômes

Organisés en UE, les diplômes peuvent se préparer aussi bien en formation initiale qu’en formation continue et via la Validation des acquis de l’expérience (VAE DCG, VAE DSCG ; VAE DEC : annoncée pour 2020). Il s’agit donc d’une filière où l’ascenseur social fonctionne.

En lien avec les paragraphes "Des compétences et de nouvelles qualités" et "De nouvelles compétences", intégrer vidéo Carlier : Expertise comptable : de nouvelles compétences pour l’ère digitale.

Réforme des diplômes : compétences à acquérir en DCG et en DSCG

Compétences à acquérir en DCG
Compétences à acquérir en DSCG

Enseignants, formez vos étudiants aux nouvelles compétences en consultant la rubrique dédiée de ce site : "Enseigner en DCG et en DSCG".