Balades en expertise #10 : La notion de financement

La notion de financement… décryptée par Audrey Meyer, professeur en classes préparatoires à l’expertise comptable, coauteur du manuel DCG 9 et du « Tout l’entraînement DCG 1 » (nouvelle édition à paraître en novembre 2021).

#Financement #MarchésFinanciers #BFR #Crédit-bail #PME #Crowdfunding

Notion de financement

Pour faire face au choc économique lié à la crise du covid 19, le Gouvernement a instauré en mars 2020 un dispositif exceptionnel de prêts garantis par l’Etat (PGE). Ce dispositif, ouvert jusqu’au 31 décembre 2021, permet aux entreprises, malgré la forte incertitude économique actuelle, de souscrire un emprunt grâce à la garantie qu’apporte l’Etat sur ce dernier. Ce prêt peut être souscrit auprès de leur établissement bancaire habituel, ou auprès de plateformes de prêts ayant le statut d’intermédiaire en financement participatif. Aujourd’hui, ce sont plus de 685.000 entreprises pour plus de 141 milliards d’euros qui en ont bénéficié.
Mais au-delà de ce financement exceptionnel, comment les entreprises peuvent-elles se financer ?
Commençons tout d’abord par délimiter le cycle de financement des entreprises. Le cycle de financement est la contrepartie des cycles d’exploitation et d’investissement puisqu’il consiste à trouver des capitaux permettant à la fois de financer le court terme (soit le cycle d’exploitation), et de financer le long terme (soit le cycle d’investissement) :

  • D’une part, les entreprises ont donc souvent des besoins de trésorerie à court terme, ou besoin en fonds de roulement (BFR), puisqu’elles subissent des décalages entre les encaissements provenant de leurs recettes, et les décaissements correspondant à leurs dépenses. Bien souvent, en effet, les factures en attente de paiement par les clients sont d’un montant supérieur aux factures non réglées reçues des fournisseurs. Pour financer ce besoin en fonds de roulement positif, les entreprises peuvent par exemple négocier des délais de règlement plus avantageux, réaliser un découvert bancaire, obtenir des apports en comptes courants, mobiliser des créances au travers de l’escompte d’effets de commerce ou de l’affacturage.
  • Par ailleurs, les dépenses d’investissement génèrent un besoin de financement important au moment où elles sont engagées (dans le présent) car elles précèdent les revenus qu’elles occasionnent dans le futur. Ce financement de l’investissement peut être interne ou externe :
  • Le financement interne, ou autofinancement, est la partie du bénéfice non distribuée aux propriétaires de l’entreprise qui sert à financer les investissements. S’il présente l’avantage de ne pas impacter l’endettement et l’indépendance de l’entreprise, l’épargne d’une année (ou la capacité d’autofinancement – CAF) est souvent insuffisante pour financer les dépenses d’investissement. Il en va de même du financement par capitaux propres, apportés par les propriétaires de l’entreprise. Le financement interne doit alors être complété par un financement externe.
  • Le financement externe est dit « indirect » lorsque les entreprises font appel à l’endettement auprès d’institutions financières (comme les banques) qui ont elles-mêmes collecté l’épargne d’agents à capacité de financement. Ce financement par endettement permet de bénéficier d’un « effet de levier », c’est-à-dire d’un accroissement de la rentabilité des capitaux propres, dès lors que le taux d’intérêt est inférieur à la rentabilité économique de l’investissement. Ce financement par le crédit profite notamment aux PME dont l’accès au financement direct est plus limité. Dans le cadre du financement « direct », les entreprises s’adressent directement aux agents à capacité de financement, notamment en plaçant des titres sur les marchés financiers ou, dans le cadre du crowdfunding (ou financement participatif), en faisant appel à un grand nombre de personnes grâce à Internet et aux réseaux sociaux.

Les entreprises peuvent également se financer grâce aux subventions d’investissement versées par l’État, ou grâce au crédit-bail correspondant à un contrat de location d’un bien, avec la possibilité d’acheter le bien en fin de location.

Exemple

En 2021, les entreprises se sont financées à hauteur de 63 % par les crédits bancaires ; mais le financement par le marché, qui représente environ 37 % des financements, est en hausse de 7 points de pourcentage par rapport à 2009.
Dans un contexte économique incertain, tout l’enjeu pour les entreprises est alors de choisir des modalités de financement qui sont cohérentes avec leur politique d’investissement, et qui assurent l’équilibre de leur trésorerie sur le moyen terme.


Éléments complémentaires

Lien avec le programme du DCG

Unité d’enseignement (UE) du DCG

Liens avec les savoirs

Compétences associées

UE 5 – Économie contemporaine

Agents à besoin de financement (entreprises et État) : déterminants et modalités de financement

Identifier les modalités de financement des entreprises

  • Finance directe/finance indirecte
  • Rôles des banques
  • Financement participatif
  • Analyser la contribution des banques et des marchés de capitaux à l’activité économique
  • Repérer les nouvelles sources de financement

UE 6 – Finance d’entreprise

Cycle de financement

Différencier les différents cycles d’opérations (investissement, financement, exploitation)

La capacité d’autofinancement

Commenter et interpréter la capacité d’autofinancement

  • L’autofinancement
  •  Le financement par emprunt
  • Le financement par augmentation de capital
  • Le financement par crédit-bail
  • Le financement participatif
  • Distinguer les modes de financement et évaluer leur coût respectif
  • Identifier une ou plusieurs solutions de financement

Plan de financement

Identifier les étapes de la construction d’un plan de financement

Les principales modalités de financement à court terme des soldes déficitaires de trésorerie : escompte, crédits de trésorerie, découvert

Distinguer et qualifier les principales modalités de financement des déficits de trésorerie

UE 9 – Comptabilité

Modes de financement :
– capitaux propres ;
– emprunt bancaire et modalités de remboursement ;
– crédit-bail ;
– subventions d’investissement.

  • Identifier les différents types de financement
  • Analyser pour une modalité de financement donnée ses caractéristiques et en déduire ses avantages et inconvénients

Pour aller plus loin