Balades en expertise #14 : La notion d’amortissement

La notion d’amortissement… décryptée par Audrey Meyer, professeur en classes préparatoires à l’expertise comptable, coauteur du manuel DCG 9 et du « Tout l’entraînement DCG 1re année », ouvrage complet de préparation à l’épreuve

#AmortissementComptable #AmortissementFiscal #FondsCommercial #Inventaire #Financement #Investissement

Notion d’amortissement

Afin de soutenir la reprise de l’activité économique, le projet de loi de finances pour 2022 autorise, à titre exceptionnel, la déduction de l’amortissement des fonds commerciaux acquis entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2023. S’il existe une limite prévisible à son exploitation, le fonds commercial doit être amorti sur sa durée d’utilisation (ou sur 10 ans, si cette durée ne peut être déterminée de manière fiable).

En quoi consiste l’amortissement consiste-t-il en comptabilité ?

L’amortissement comptable est la constatation de la consommation des avantages économiques attendus d’une immobilisation. Il permet ainsi de constater la perte de valeur que subit l’immobilisation au cours des années, compte tenu par exemple de son usure ou de son obsolescence.
Plus précisément, l’amortissement correspond à la répartition systématique du montant amortissable d’une immobilisation sur sa durée d’utilisation prévue :

  • Le montant amortissable est égal à la valeur brute de l’immobilisation diminuée de sa valeur résiduelle. Cette valeur résiduelle correspond au montant net que l’entreprise obtiendrait de la vente de l’immobilisation à la fin de son utilisation. La valeur résiduelle doit être prise en compte seulement si elle est significative et estimée de manière fiable.
  • La répartition du montant amortissable peut être réalisée selon un mode linéaire si l’utilisation de l’immobilisation est considérée constante durant la période d’amortissement. L’amortissement peut également être variable, au gré de la variation des performances économiques de l’immobilisation.

Exemple

Une machine qui a une durée d’utilisation dans l’entreprise de 10 ans peut être amortie sur cette période. Si l’entreprise a acquis cette machine pour 45 000 € HT et si sa valeur d’occasion nette est estimée, de manière fiable, à 5 000 € HT au bout des 10 ans, alors son montant amortissable est égal à 40 000 €. À partir de sa mise en service, cette machine pourra alors être amortie en linéaire d’un montant de 40 000/10, soit 4 000 € pour une année entière. Chaque année, la valeur nette de cette machine apparaîtra dans le patrimoine, diminuée des amortissements enregistrés.
Les amortissements comptables sont enregistrés lors des travaux d’inventaire à la fin de l’exercice comptable. L’enregistrement consiste à :

  • débiter un compte de dotation aux amortissements, afin de considérer dans le résultat la charge associée à l’utilisation de l’immobilisation au cours de l’exercice. Cette charge calculée n’impacte pas la liquidité de l’entreprise, l’amortissement du bien n’engendrant pas de sortie d’argent ;
  • créditer un compte d’amortissement afin de diminuer la valeur de l’immobilisation dans le patrimoine, compte tenu de son utilisation dans le temps.

Ces amortissements comptables ne doivent pas être confondus avec :

  • les amortissements de l’emprunt qui correspondent à son remboursement ;
  • les dépréciations qui constatent, à l’inventaire, une perte de valeur en plus de l’utilisation normale. La dépréciation d’un actif est alors la différence entre sa valeur actuelle et sa valeur nette comptable, soit par exemple la valeur brute de l’immobilisation diminuée des amortissements cumulés.

Pour bénéficier d’avantages fiscaux, les amortissements comptables peuvent être complétés par l’enregistrement d’amortissements fiscaux. En effet, par exception, des textes fiscaux prescrivent ou autorisent la comptabilisation d’amortissements dérogatoires ne correspondant pas à l’objet normal d’un amortissement. Leur calcul dépend alors des règles fiscales. Leur comptabilisation affecte les capitaux propres et les charges exceptionnelles.
Au-delà de leur définition et de leurs calculs techniques, les amortissements jouent un rôle crucial pour les entreprises : ils constituent une source de financement interne, un moyen de stimuler les investissements, et une variable importante dans la détermination du résultat et de la valeur de l’entreprise.

Éléments complémentaires

Liens avec le programme du DCG

Unité d’enseignement (UE) du DCG

Liens avec les savoirs

Compétences associées

UE 4 – Droit fiscal

Déductibilité des dotations aux amortissements.

Décrire et justifier le passage du résultat comptable au résultat fiscal.

UE9 – Comptabilité

Amortissements comptables des immobilisations.

  • Expliquer la finalité et les enjeux des opérations d’inventaire.
  • Établir l’articulation entre les principes comptables et les opérations d’inventaire.
  • Évaluer et comptabiliser les différentes opérations d’inventaire.

UE10 – Comptabilité approfondie

Évaluation à l’inventaire (amortissement comptable, amortissement fiscal et dépréciation éventuelle).

Évaluer et comptabiliser les opérations portant sur les immobilisations corporelles et incorporelles à l’entrée et postérieurement à leur entrée.

 

Pour aller plus loin